L’arrosage automatique, est-ce écologique ?

Sur le fait que l’arrosage automatique représente une option pratique pour l’entretien des pelouses de résidences privées ou de parcs publics, cela ne fait guère aucun doute. Mais dans une ère où « les preuves scientifiques se sont accumulées sur les effets du dérèglement climatique », pour utiliser les termes du gouverneur de Californie, Jerry Brown, la liste des avantages de l’arrosage automatique devrait inclure le respect de l’environnement. Mais qu’en est-il vraiment dans les faits ? À quelle technologie faut-il recourir précisément ? C’est ce que nous allons tenter de mettre au clair.

Venez voir ce guide d’achat.

De manière générale, où en est-on en matière d’écologie ?

« On ne mesure pas l’ampleur du danger. » Ce sont les mots du gouverneur Jerry Brown, dans une interview accordée au journal Le Monde. En matière de dérèglement climatique, le constat est tout, sauf rassurant. Jerry Brown relève entre autres « l’acidification des océans, l’élévation des températures, la sécheresse, les feux de forêts… » Si l’homme admet qu’il y a une certaine forme de prise de conscience, il regrette que les responsables politiques et les patrons d’entreprises ne soient pas « à la hauteur pour répondre à cette urgence ». Mas alors, la conception de l’arrosage automatique répond-elle à cette urgence ?

Montpellier, porte-flambeau en matière d’arrosage automatique écolo ?

Montpellier veut créer un système autonome d’arrosage des parcs publics, permettant de réduire le temps de surveillance des espaces verts. Dans le même temps, la municipalité y voit un moyen de réaliser des économies d’eau significatives puisque les pelouses sont arrosées uniquement en cas de besoin et non à des horaires réguliers.

En attendant que les particuliers et les responsables d’entreprises prennent une initiative similaire, les autorités montpelliéraines doivent surmonter des contraintes liées au climat méditerranéen. En effet, l’été chaud et sec, l’hiver doux ainsi que l’assèchement des sols par les vents obligent à moduler, en quelque sorte, la mise en place de l’installation, en fonction des différents espaces verts.

Consultez aussi : Comment choisir son barbecue électrique ?

Comment définir les conditions optimales d’arrosage ?

La solution retenue, et qui pourrait inspirer les chefs d’entreprises, consiste à mesurer le taux d’humidité (l’hygroscopie) et la température de l’air à l’aide de capteurs. Les données sont collectées et traitées par Arduino. Suivant une configuration spécifique et les mesures fournies par les capteurs, le logiciel décide des horaires de déclenchement de l’arrosage. Même si cette initiative est encore à l’état de projet, l’étude en cours semble probante.

Le même système d’arrosage est-il envisageable en entreprise ?

Il est vrai que cela représente un investissement important. On pourrait croire que cela ferait reculer les investisseurs. Mais nombreux sont les acteurs non étatiques, notamment les patrons d’entreprises, qui se montrent pragmatiques : l’écologie représente une part appréciable de l’économie de demain. Et devinez l’État où les entreprises sont les plus impliquées dans l’économie verte : la Californie de Jerry Brown, justement. Cet État, qui ambitionne de réduire de 50 % la consommation de pétrole d’ici 2030, peut surtout sur ses multinationales qui sont en avant-garde en matière écologique. Après tout, à une période où tout le monde lutte contre les déperditions énergétiques, on ne voit pas pourquoi les chefs d’entreprises ne s’intéresseraient pas à une solution d’économies d’eau en matière d’arrosage.

Consultez aussi : montre moi comment