Comment sélectionner un bon étau pour son atelier de bricolage ?

Il y a des bricoleurs nés et des bricoleurs amateurs ! Que vous soyez dans l’une de ces catégories, bricoler est toujours une partie de plaisir. Surtout lorsqu’on dispose de tous les instruments. Cependant, il arrivera que certains ne vous servent à rien pendant que d’autres vous servent à tout.

Parmi ces derniers, il ne serait pas superflu d’indiquer l’étau. Certes, il s’agit là d’un outil auxiliaire, mais vous n’êtes pas sans savoir qu’il a toujours sa place dans un atelier, fût-il de bricolage. Néanmoins, comment parvenir à un bon choix d’étau si vous êtes un bricoleur ? Suivez !

La matière de l’étau

C’est le premier critère qu’il faut prendre en compte. La matière dans laquelle est fabriqué l’instrument vous rassure sur sa robustesse et sur le nombre d’années pendant lesquelles il pourrait vous être utile. Ainsi, les trois matières privilégiées sont la fonte, l’acier et le bois.

En effet, les deux premières matières, c’est-à-dire la fonte et l’acier, sont très résistantes. D’ailleurs, la plupart des étaux disponibles sur le marché sont conçus dans ces matières. Quant aux étaux en bois, ils sont aussi utilisés, mais ne sont pas vraiment résistants. Ils sont plutôt recommandés pour des utilisations occasionnelles.

A regarder aussi : Comment fabriquer une sableuse ?

La largeur des mâchoires de l’étau

Les mâchoires d’un étau sont encore appelées les mordaches ou les mors. Les mors peuvent être conçus dans un matériau tendre, notamment le plomb, le bois ou le caoutchouc. Leur rôle est de protéger la pièce serrée dans l’étau contre une déformation. Certains mors disposent d’une empreinte spécifique.

La base de l’étau

Sur le marché, vous ne retrouverez que deux types de bases lorsqu’il s’agit de cet instrument : la base fixe et la base tournante. Le choix de la base dépendra ici du travail que vous comptez effectuer. La base fixe dispose de différentes largeurs d’ouverture et de mors. Quant à la base tournante, elle convient pour les longues pièces.

Voir cette vidéo

La force de serrage de l’étau

C’est un élément très capital puisqu’un étau sert non seulement à mettre en position une pièce, mais aussi à la serrer. Le serrage d’une pièce dans un étau est encore appelé le maintien de position. Ici, la plus grande surface de la pièce est usinée pour que les erreurs d’usinage soient amoindries.

À l’aide de l’étau, cette pièce est donc limée, démontée ou coupée. Elle servira après de pièce de référence. L’action que fait l’utilisateur de l’étau dépend alors de la forme qu’il veut lui donner. Par conséquent, plus la force de serrage de l’étau est grande, plus vite sera accompli le travail.

Le type d’étau

En voilà un critère bien difficile à remplir. En effet, le terme « étau » fait souvent référence aux étaux d’établi. Cependant, il en existe de plusieurs types, et il est souvent bien difficile de se retrouver dans cette multitude. Ainsi, hormis les étaux à base fixe et à base tournante, vous aurez à choisir entre environ 7 autres types d’étaux.

Le choix de l’un ou de l’autre devra toutefois et toujours se faire en fonction de ce que vous visez comme but pour votre pièce. Il s’agit entre autres des étaux mobiles, des étaux tréteaux, des étaux d’angle, des étaux serre-tube, ou encore des étaux multifonctions.

Venez voir ce site dédié sur www.le-bon-etau.com